Communiqué GUINOT concernant l’éventuelle réouverture le 11 mai de votre institut de beauté
Posté sur 27 avril 2020 en Non classé

GUINOT – MARY COHR
LETTRE OUVERTE AUX INSTITUTS DE BEAUTE, A
LEURS CLIENTES, A LA PRESSE
ET AUX AUTORITES

Nous avons appris comme vous, par la télévision BFM TV le 23 Avril dernier que la
réouverture de tous les commerces non essentiels donc des Instituts de Beauté
pourrait avoir lieu le 11 Mai avec des protocoles sanitaires imposés par nos autorités
en ayant pris l’avis d’experts médicaux et de la profession.

Selon le premier projet, l’activité des instituts de beauté pourrait donc reprendre mais
en excluant la pratique des soins du visage.

Cette disposition apparemment protectrice pour les clientes des instituts de Beauté et
les esthéticiennes aura l’effet inverse de celui qui est escompté.

Nous pensons donc qu’une explication de la réalité de l’activité des Instituts de
Beauté s’impose, et nous vous suggérons de diffuser ce communiqué sur les
réseaux sociaux, et nous vous demandons de la partager le plus possible.

Le manque de connaissance de l’activité de l’institut de beauté semble être la raison
principale de décisions prises sans en mesurer les conséquences sanitaires et
économiques sur la profession en général.

Cette lettre a donc vocation de vous faire partager la volonté de Guinot Mary Cohr à
préserver l’activité des Instituts de Beauté, l’emploi des esthéticiennes, l’emploi des
différents acteurs de la profession et la santé des clientes et esthéticiennes.

Les Trois prestations essentielles d’un Institut de beauté traditionnel
Les soins du Visage représentent en moyenne 50% du chiffre d’affaires, les soins
d’Epilation 30% et les soins du Corps 20%.
Les prestations annexes comme le maquillage sont marginales et peu proposées.

Les Rendez-vous en Institut de beauté
En moyenne 8 rendez-vous sur 10 concernent l’Epilation et les soins du Corps, mais
ceux-ci ne représentent que 50% du chiffre d’affaires, et ne peuvent pas permettre
de rentabiliser toutes les charges d’un institut de beauté traditionnel.
Les prestations de soins du Visage représentent 50% du chiffre d’affaires, mais que
2 rendez-vous sur 10.
Et de ce fait, moins de risque de contagion que les autres visites des clientes pour
des prestations d’épilation et du corps qui sont pourtant autorisées.

Les 3 conséquences de l’interdiction des soins du Visage en Institut de beauté
L’interdiction confirmée aurait des conséquences

– La cliente adepte des soins du visage ne peut pas se le pratiquer elle-même à
son domicile, comme elle pourrait le faire avec l’épilation. Elle aura donc
recours à une esthéticienne qui viendra exécuter le soin du visage à son
domicile avec des règles d’hygiène moins strictes que celles mise en place
professionnellement en Institut de beauté, et en conséquence un risque de
contagion accru pour l’esthéticienne, la cliente et leurs proches.

– La prestation étant interdite, elle sera donc réalisée de façon non officielle,
donc sans facture et payée en liquide.
– En poussant la logique plus loin, les comptoirs de maquillage dans les Grands
Magasins, les magasins spécialisés de marque, et les parfumeries ne
pourraient plus exercer de remise en beauté, ce qui implique de fait le
« chômage technique » des maquilleurs et maquilleuses qui sont souvent
aussi des esthéticiennes.

Sécurité Sanitaire de la méthode d’épilation en « Roll-on »
L’épilation réalisée au moyen de « Roll on » devrait être interdite par les autorités
sanitaires, si nous suivons la logique des mesures barrières, car la cartouche de cire
est utilisée sur la peau de plusieurs clientes, et donc au contact de plusieurs clientes
sans possibilité de désinfecter la totalité de la cartouche. Ou alors, il faudrait changer
la cartouche à chaque cliente.

Ce procédé répandu, dans plus de la moitié des Instituts de beauté en France,
pratiquant l’épilation devrait être examiné par des commissions médicales
scientifiques et être remis en cause après en avoir mesuré leur impact sanitaire.
A ce jour, aucune restriction n’a été imposée par les autorités sanitaires sur cette
méthode, ce qui ne manque pas d’étonner.

Le remboursement des P.G.E.
De très nombreux commerces et y compris les Instituts de beauté ont été invités à
s’endetter auprès des banques pour maintenir leurs activités et leurs emplois
salariés.

Ces Prêts sont garantis à 90% par l’Etat.
Parfois des prêts personnels, ou des apports significatifs en compte courant ont été
apportés par les exploitantes et leurs familles.

Ces financements ont été accordés par les établissements bancaires sur la base des
chiffres d’Affaires et des résultats d’exploitation de l‘année précédente, et en tenant
compte des prévisions de chiffre d’affaires et de trésorerie après le déconfinement.

Or, après l’obtention des crédits, en interdisant les prestations de soins du visage en
instituts de beauté par la décision Gouvernementale, les instituts de beauté ne
pourront réaliser que 50% de chiffre d’affaires prévu, ce qui entrainera de lourdes
conséquences : licenciements de personnel ou fermetures de commerce en masse.
Avec pour conséquence la chute d’activité des fournisseurs de produits, de matériels,
et de tous les industriels du secteur.

Nous touchons l’Absurde, allez-vous demander au restaurateur de ne servir que des
entrées et des desserts, sans plat principal ? Le dentiste ne pourrait donc plus faire
des interventions à visée esthétique : blanchiment des dents, etc…? Au coiffeur de
réaliser une coupe de cheveux sans coloration ?

Avec cette Lettre Ouverte, nous souhaitons alerter nos gouvernants sur l’absurdité
de cette première décision, et sur les conséquences économiques et juridiques dont
ils seraient alors tenus responsables.

Ainsi dès le 11 mai, ouvrons nos instituts de beauté sans restriction, tout en
respectant les protocoles sanitaires stricts.

Lecteurs, lectrices, exploitantes d’instituts de beauté, collaboratrices d’instituts de
beauté, industriels du secteur, élèves esthéticiennes, apprenties, clientes et clients
des instituts de beauté…et à tous ceux qui se sentent concernés par cette mauvaise
décision…. N’hésitez pas à diffuser cette Lettre.

C’est avec une farouche détermination que je reste mobilisé avec l’ensemble des
équipes de nos sociétés pour préserver l’avenir de nos instituts de beauté et
accompagner la profession dans ces circonstances exceptionnelles.

Prenez soin de vous

Edouard FALGUIERES
Directeur Affiliation France et International Guinot et Mary Cohr

Share Button

Comments

ajouter un commentaire